Un grand merci

Merci à personne et Klarinette pour leur analyse


Merci à Laxy pour son merveilleux design.
Et merci à tout nos membres pour leurs fidélités.

(#) Mar 18 Sep 2018 - 20:16

Feuille de personnage
Compétences de base:
Compétences acquises:
Equipements:
avatar
Membre > Lannister > Royaliste


☇ Arrivé(e) sur nos terres : 07/09/2018
☇ Messages : 37
Dragons : 160
Localisation : Castral Roc
Voir le profil de l'utilisateur

Le Lion à la Rose d'or

 
La fumée se disperse lentement, l'aube se montre enfin sur ma plus belle victoire. Les corps gisent, nombreux, les étendards abandonnés flottent, solitaires, ici et là, en lambeaux. A peine y reconnaît-on le Cerf Embrasé, le Cerf Embrassé... Je ris doucement à cette idée, quel emblème ridicule, d'ailleurs le feu ne l'a visiblement pas en si bonne grâce que Stannis le prétendait, la moitié de sa flotte brulée par le feu grégeois avec leurs occupants, un sourire large se forme alors sur mon visage, Tyrion a été inspiré, c'est indiscutable, il doit sûrement en être fier, dotant qu'il a apparemment reçus une blessure. Rien de grave d'après Pycelle, mais ces nouveaux hauts faits vont assurément le faire me redemander Castral Roc. Un soupir m'échappe, cet enfant ne cessera jamais de me tourmenter, moi qui le croyez orgiaque, écervelé, inconstant, voilà qu'il c'est révélé une Main avisée, habile même, peut être devrais-je revoir ma position et accéder à sa demande ? Je n'ai pas tôt fait de formuler cette idée que mon esprit se retrouve envahis par des hurlements, un visage déformé par la douleur, sa main dans la mienne, et un son, une voix, « Tywin, je t'aime mon lion » de plus en plus faible, de plus en plus basse se mourant dans ces ultimes paroles, Joanna, ma Joanna. La rage, la haine, la colère me submerge alors, mes mains et tous mes muscles se crispent, me laissant seul, immobile les yeux perdu dans le lointain, ruminant mes sentiments, je laisse cependant tomber le nom, le nom du coupable :« Tyrion ».
Je reste ainsi, longtemps, ou pas. Est-ce une minute, une heure qui vient de s'écouler ? Je ne saurais dire, se sont les musiques festives qui me sortent de ce songe éveillé, un rapide regard sur mes mains et la ville m’apprennent deux choses : les premières sont devenus blêmes et la seconde s'anime peu à peu, les gens semblent joyeux, pauvres idiots, si Stannis l'avait emporté hier soir ils seraient en train de lui tresser des couronnes de laurier en répétant mielleusement le nom de leur « libérateur » comme ils l'ont fait jadis pour Robert et moi… Peuple inculte et crétin.
Il doit cependant être l'heure, l'heure de la remise de mon poste de Main et Régent du Royaume en attendant la majorité de ce gamin pleurnichard qu'est mon petit fils, Joffrey Ier Baratheon. En passant devant les écuries, l'envie soudaine me prend d'entrer à cheval dans la salle du Trône ou doivent se tenir les « réjouissances », géant au milieu de nains. Le retard donné par cette soudaine lubie ne me rendant que plus terrible.
En attendant que le cheval soit sellé, je reste pensif, la blancheur de sa robe me faisant penser à Jaime ainsi harnaché, s'en allant prendre Vivesaigues.
J'écrase une larme de rage, en pensant à Robb, ce gamin même pas encore sortit de l'adolescence qui a tourné mon fils de si belle manière, Jaime, mon héritier, non, héritier il ne le sera jamais, jamais il ne quittera cette satanée Garde Royale, trop d'honneur pour en sortir. L'honneur, pff, cela ne mène les hommes qu'à la ruine, Eddard Stark aurait pourtant dut lui avoir servi de leçon, à moins que les rumeurs de relation entre lui et Cersei ne soient… Non ! Je suis Tywin Lannister, les propos des faibles sur les forts ne sont que duperies et mensonges, comment une telle chose aurait put arriver sans que je ne le vois voyons, soyons sérieux…
« Messire, votre cheval est prêt » me dit le garçon d'écurie, je le remercie, prend la bride et m'installe sur ma monture. Sur mon passage, tous les chevaliers, hommes d'armes présentent les armes, braves soldats, ils n'ont pas faillis à la tache hier, je pense que je leur accorderaient une double solde ainsi qu'une journée de repos, non une triple solde, après tout nous sommes les Lannister, l'or est notre, de plus le métal jaune a la faculté de s'attacher durablement la loyauté des soldats et en temps de guerre, une telle chose n'a pas de prix.
Enfin, la salle du Trône, les portes à deux battants s'ouvrent laissant entrer la lumière et s'éteindre les dernières conversations.
Mon cheval avance lentement, de tout cotes, les faibles et couards voire traîtres m'entourent, inclinant docilement leur tête à mon regard, l'agrémentant parfois d'un sourire d’où transparaît leur nature de charognard, ces gens là me débectent, jamais je ne serai de leur monde, de leur bassesse. Là, Varys, ici Baelish, devant moi Joffrey ce gamin cinglé, à ses cotés Cersei et enfin mon regard se porte sur le premier rang,  Loras, l'amant désormais célibataire de feu Renly Baratheon, Renly « cet insatiable avaleur d'épée » me disait autrefois Olenna Tyrell, si elle avait sut pour son propre sang, mon air grave disparaît un instant mais je me reprend et à nouveau mon visage n'est plus que le masque glacial de Tywin Lannister, l'homme le plus craint de Westeros.
Tout en fixant Loras qui finit par courber la tête en un hommage silencieux pour son nouveau suzerain, mon regard se porte finalement sur une magnifique chevelure châtain et un visage à nul autre pareil, des yeux verts émeraudes semblant vous transpercer, le front haut des grandes reines, ce nez menu, néanmoins si charmant, ces lèvres si rouges que l'on eut dit deux cerises et surtout ce sourire, ce sourire à faire s’entre tuer tous les hommes du royaume pour un seul d'entre eux.
Je ne sais ce qu'il se passe alors en moi, pour la toute première fois depuis la mort de mon épouse je dévore des yeux une femme, je la trouves attirante, et même des pensées de luxure me viennent à l'esprit ; que ses lèvres paraissent douces, j'aimerai grandement y goûter ; mon être entier s'embrase et abat l'une après l'autre toutes les barrières formées par la solitude et les ans, je suis au bord de perdre toute tenue, de me déshonorer publiquement pour une femme, moi Tywin Lannister Lord Suzerain des Terres de l'Ouest, Seigneur de Castral Roc, Main du Roi ! Qui est donc cette créature semblable au plus doux des rêves ?
C'est alors que me reviennent en mémoire les brides d'une conversation avec Lord Baelish sur la jeune Margaery Tyrell, veuve de Renly qui doit être mariée à Joffrey en échange du soutien des Tyrells contre Stannis, aide qui vient d'ailleurs de nous sauver de la destruction pure et simple.
« Moi Joffrey Ier Baratheon... » commence mon petit-fils, je n'ai même pas prêté attention au fait que le chemin me conduisant aux marches du Trône était terminé, j'ai une pensée rapide pour la présence d'esprit de l'animal qui a choisit le bon endroit pour s’arrêter.
Mais rapidement le sourire ensorceleur et les traits de la déesse me reviennent en mémoire, dire qu'elle est derrière moi, qu'il n'y a qu'à tourner les yeux, non ! Tywin, tient Tywin, ne te déshonore pas !
Mais qu'est ce donc que Margaery Tyrell, qu'elle créature est-ce ? Pourrais je vraiment laisser une si charmante chose entre les mains dépravées de Joffrey ?
Assurément non, mais que faire, je ne peux pas risquer de perdre les Tyrells, Robb et son armée sont toujours là eux...
… Main du Roi » les applaudissement crépitent et me ramènent brutalement à la réalité, je fais alors tourner ma monture et en me retournant mes yeux cherchent instinctivement la jeune Rose, mon regard se fixe dans le sien et nous échangeons un regard, elle ne dit mot, mais les commissures de ses lèvres forment un sourire doux, espiègle, joueur, magnifique et c'est à ce moment que je réalise qu'il n'y a pas un géant en ces lieux mais deux et que jamais je ne laisserai Joffrey l'épouser.
A cet instant, le Vieil Lion vient de tomber amoureux.

 
Revenir en haut Aller en bas
(#) Mer 19 Sep 2018 - 2:26

Feuille de personnage
Compétences de base:
Compétences acquises:
Equipements:
avatar
Admin > Tyrell > Défenseur


☇ Arrivé(e) sur nos terres : 30/05/2018
☇ Messages : 358
Dragons : 311
Localisation : Hautjardin
Voir le profil de l'utilisateur
et zuttttt j'ai édité quel con Sad



PLus haut, plus fort
Chaque personne qu’on s’autorise à aimer, est quelqu’un qu’on prend le risque de perdre.
©️ Joy
Revenir en haut Aller en bas
(#) Dim 23 Sep 2018 - 14:06

Feuille de personnage
Compétences de base:
Compétences acquises:
Equipements:
avatar
Membre > Lannister > Royaliste


☇ Arrivé(e) sur nos terres : 07/09/2018
☇ Messages : 37
Dragons : 160
Localisation : Castral Roc
Voir le profil de l'utilisateur

Margaery et Tywin

 
Le soir est là. Le ciel se colore peu à peu du bleu foncé si typique de la nuit de Port-Réal. Mes yeux y sont posés et je n'arrive pas à m'y soustraire, oh non parce que je trouve cela magnifique, je ne l'ai que trop vu durant toute ces années mais car je suis ailleurs, mes pensées ne cessent de me ramener, quelque soit l'étendue de mes efforts pour m'y soustraire, à une seule chose, une seule créature :Margaery Tyrell.
Le regard qu'elle m'a lancé il y a quelques heures est sans conteste une invite. Oui mais une invite à quoi ? La prendre sous ma protection ? Lui servir de père à la place de Mace, ce ridicule Suzerain du Bief ? La rejoindre dans sa couche ?
Je soupire, perdu, cela faisait bien longtemps que je n'avais pas été dans une telle obscurité… Moi qui vois tout, entend tout, juge les hommes, voit au plus profond d'eux en un seul regard me voilà aussi désemparé que l'agneau qui vient de naître et qui découvre le monde.
Ce soir, il sera temps d'en finir avec cette affaire, et d’éclaircir ce point, Joffrey tient une soirée pour récompenser ceux qui se sont battus pour lui et pour «  honorer » ma nouvelle situation de Main du Royaume, il avait au moins cela à faire après s’être réfugié comme un couard sous les jupons de sa mère comme un enfant débile. Il n'est pas et ne sera jamais un bon roi ou même un roi correct, sa cruauté, doublé d'une lâcheté exceptionnelle me font redouter le pire, et si le pire arrive le malheur ne s'abattrait pas que sur lui mais sur toute ma famille, me voilà donc pieds et mains liées, obligé de protéger ce monstre pour ne pas voir mon œuvre partir en fumée.
C'est tout emplit d'interrogations que j'enfile mon costume, mon armure en vérité faite d'or et de fer, les hommes doivent au moins croire que quitte à avoir un roi dégénéré, ils auront la meilleure des Mains.
Je soupire à nouveau, cela m'ennuie, tout cela m'ennuie, de toujours devoir paraître, faire semblant, m'agenouiller devant des incapables : Aerys, Robert, Joffrey, leur prêter serment et les voir détruire le Royaume alors que si j'étais à leur place, la paix, la tranquillité régnerait à nouveau…
C'est tout harnacher, prêt à partir pour la guerre que je rejoins la salle du Trône ou doit se tenir les « réjouissances », avant d'y entrer, je vois ma fille, Cersei ( que n'est elle pas né homme, elle aurait fait un héritier exceptionnel ) habillée comme à son habitude de riches étoffes d'Essos et lui donne le bras pour entrer dans la fosse aux serpents.
Quelle impression bizarre devons nous dégagée, car à notre entrée, plus aucune conversation, un silence de mort laissant traverser le mariage de la beauté et de la grandeur. Pourtant mon être entier loin de savourer cette situation, cherche désemparé sa félicité, mes yeux soudain la trouve, éclair châtain au bras de Loras, juste aux cotés d'Olenna, cette vieille garce, il faudra que je m'occupe de son cas avant ma mort, elle est dangereuse, trop dangereuse cette Rose flétrit qui refuse de mourir.
Loin de m'appesantir cependant sur un tel sujet, je reviens quasiment instantanément au doux sourire de Margaery.
Il me faut lui parler seul à seul, c'est une nécessité absolue. Après le départ de ma fille, courant presque rejoindre son fils aîné, je puis enfin me tourner vers celle qui torture mon cœur depuis que mon regard s'est perdu dans l'émeraude de ses yeux.
Je prend donc un pas décidé et me dirige vers le groupe Tyrell, la foule se fend sur mon passage, enfin me voilà à leur cotés, aucun ne daigne me témoigner un regard, quel orgueil ! Je ré-freine cependant ma colère et sur un ton que j'essaie autoritaire je congédie Olenna et son petit-fils, ils se soumettent docilement et s'éloignent, cela m'intrigue au plus haut point, moi qui m'attendais à une véritable confrontation verbale avec la matriarche, la voir déguerpir ainsi me donne presque des regrets, presque car me voilà seul avec Margaery. Je lui propose alors de me suivre dans un lieu plus reculé moins susceptible d'attirer les oreilles indiscrètes, elle sourit à ma proposition , de ce sourire capable de dégeler le plus rude des hiver et me tend son bras en guise d'invite. Je le lui prend et la mène dans une salle à l'égard, éloignée de toute cette atmosphère infâme de miel et de fiel.
A peine la porte franchie, qu'elle se plante au milieu de la pièce et entame la conversation.
- Lord Tywin, pourquoi un tel mystère ? Quelle est donc la raison de ma conduite en ce lieu si reculé ? lança t-elle.
- Lady Tyrell, je vous prierez de ne pas jouer avec moi l'ingénue.
- L'ingénue dites vous, enfin c'est bien vous qui venez de m'enlever à ma grand-mère et mon frère pour me conduire ici, il n'y a là rien d'ingénue comme vous l'entendez.
La jeune femme semblait prête à en découdre, tant mieux, elle allait comprendre que moi je n'étais pas Renly.
- Je parle de votre conduite jeune Lady, lui dis je sur un ton péremptoire.
- Ma conduite ?! Qu'est ce je donc fais pour ne pas plaire au grand Tywin Lannister ? L'ironie dans sa voix me plaisait, elle lui allait bien, trop bien même.
- Dites plutôt ce que vous avez fait pour me séduire. Le temps était venu de crever l'accès, du moins je l'espérait.
-  Vous séduire ? Enfin, c'est une plaisanterie, pourquoi chercherai je à vous séduire ? La belle enfant n'avait visiblement nulle envie de m'aider, bien au contraire
- C'est bien là pourtant le motif de votre présence en ces lieux, répliquai je.
- Qu'est je donc fais enfin, je vous en prie dites moi, je suis bien curieuse.
Plus je la voyez s'exprimer et plus mon attachement pour elle grandissait, jamais je n'avais vu une telle agressivité, une telle lionne, jamais une femme ne m'avait aussi valeureusement combattu, pas même Olenna.
- Votre regard, dans la Salle du Trone, lorsque je me suis retourné.
- Vous prêtez bien du pouvoir à un simple regard Lord Tywin.
- Maintenant, vous jouez la naïve, jeune Margaery.
- Peut-être… un peu, beaucoup, passionnément et alors que comptez vous faire ? Emprisonner votre future Reine ? Me torturer ? Pour un regard ?, me dit-elle effrontée.
- Rien de cela ma « Reine », rien de cela, lui répondis je en plantant mes yeux dans les siens.
Le ton de ma voix volontairement suave semblait enfin avoir percé ses défenses, elle frissonnait, de peur ou peut être de plaisir, je ne savais pas.
-Et bien quoi alors Lord Tywin ? Croyez vous pouvoir me kidnapper devant tout les Seigneurs de Westeros pour seulement me parler d'un prétendu regard ?! Je suis Margaery de la Maison Tyrell, votre future Reine, ne l'oubliez pas ! Me lança t-elle sur un ton cassant, voire condescendant.
-Et moi, répondis je en avançant d'un pas, je suis Tywin Lannister, Lord Suzerain des Terres de l'Ouest, Seigneur de Castral Roc, Main du Roi et Protecteur du Royaume ! L'homme le plus craint et puissant de ce continent ! Criai-je presque et soudain pris dans un accès de fièvre, je continuai :
-Et si je vous ai conduit ici Lady Tyrell, c'est parce que votre regard a enflammé mon âme comme si celle-ci était le jouet d'un Dragon, je vous aime Margaery, je ne sais comment, je ne sais pourquoi et vous êtes ici pour répondre à cela !
Elle resta silencieuse quelques instant, le temps que je puisse constater la colossale erreur que je venais de commettre.
-Peut être est ce parce que je l'ai voulu me répondit-elle enfin.
-Vous l'avez voulu ?! Mais pourquoi, demandai-je surpris et désemparé à la fois.
-Peut être parce que moi aussi je vous aime Lord Tywin, répliqua t-elle instantanément en m'offrant à nouveau son plus beau sourire.
Je ne comprends plus rien, je suis perdu, totalement désemparé, je ne sais pas quoi faire, que répondre ?
C'est elle qui me tire de mon état léthargique, elle s'approche doucement de moi, met sa main sur mon cou, puis la déplace peu à peu vers ma joue et la caresse ainsi longtemps, tendrement, elle est là devant moi et tandis que mes yeux fixent son visage proche, trop proche du mien, ses lèvres s'ouvrent et murmurent un « Je t'aime » auquel vient s'ajouter mon soupir «  Je t'aime » !
Nos lèvres se rapprochent, et finissent par se toucher pareil à deux oiseaux amoureux, nos langues se lancent alors dans un ballet frénétique de bousculades, luttes, amusement, amour…
Son corps lové contre moi, semble rappeler au mien ses plus jeunes émois. Elle est si belle, elle est si douce, j'aime cette femme, j'aime Margaery Tyrell et je la ferai mienne quoique cela puisse m'en coûter !

 
Revenir en haut Aller en bas
(#) Mer 17 Oct 2018 - 17:00

Feuille de personnage
Compétences de base:
Compétences acquises:
Equipements:
avatar
Admin > Tyrell > Défenseur


☇ Arrivé(e) sur nos terres : 30/05/2018
☇ Messages : 358
Dragons : 311
Localisation : Hautjardin
Voir le profil de l'utilisateur


Tywin & Margaery

Il est enfin entré dans la pièce. Il est là non loin, au bras de sa fille. Il m'a vu. Il approche. Il demande à mon frère et ma grand-mère de nous laisser, ce qu'il font rapidement. Je sens le bras de mon frère s'enlever du mien et je me sens vide, seule. Je garde pourtant contenance. Je luis souris lorsqu'il m'invite à le suivre. Je lui tend le bras qu'il ne tarde pas a venir chercher pour m'emmener dans une salle reculer. Je n'avais pas rêvé, son regard ne trompe pas et le mien non plus visiblement." Lord Tywin, pourquoi un tel mystère ? Quelle est donc la raison de ma conduite en ce lieu si reculé ?" Il me demande de ne pas jouer à la fille naïve. Je lui rétorque : "L'ingénue dites vous, enfin c'est bien vous qui venez de m'enlever à ma grand-mère et mon frère pour me conduire ici, il n'y a là rien d'ingénue comme vous l'entendez. " Il me dit que ma conduite ma amener jusque ici. Je fais celle qui ne comprends pas. "Ma conduite ?! Qu'ai-je donc fais pour ne pas plaire au grand Tywin Lannister ?" C'était ironique bien entendu. Je savais très bien comment j'avais été dans cette salle. J'avais du être assez discrète pour les personnes présente en général, mais lui avait comprit et la grand-mère aussi visiblement puisqu'elle n'avait rien dit quand il était venu m'enlever à eux. "Vous séduire ? Enfin, c'est une plaisanterie, pourquoi chercherai je à vous séduire ? Qu'est je donc fais enfin, je vous en prie dites moi, je suis bien curieuse." Il ne m'aurait pas aussi facilement. J'étais loin d'être naïve. Je savais ce qu'il attendait de moi."Vous prêtez bien du pouvoir à un simple regard Lord Tywin." Je lui fais mon plus beau sourire, prête à rire, mais je m'en retiens pour l'instant. "Peut-être… un peu, beaucoup, passionnément et alors que comptez vous faire ? Emprisonner votre future Reine ? Me torturer ? Pour un regard ?" Son regard me fit frissonner. Pourquoi cet homme avait-il cet impact sur moi. C'était sincère, je ne jouais pas."Et bien quoi alors Lord Tywin ? Croyez vous pouvoir me kidnapper devant tout les Seigneurs de Westeros pour seulement me parler d'un prétendu regard ?! Je suis Margaery de la Maison Tyrell, votre future Reine, ne l'oubliez pas !" J'aimais ce mot de reine. J'avais toujours rêvé qu'il me soit accordé et ce serait bientôt le cas. Mais bizarrement, je n'en étais pas plus heureuse que ça. Je n'avais plus tant que ça d'être reine, si cela m’empêcher d'être celui que mon cœur avait choisit. "Peut être est ce parce que je l'ai voulu... Peut être parce que moi aussi je vous aime Lord Tywin"

Je m'approche de lui. Je passe ma main dans son cou, avant d'approcher mes doigts de sa joue, je souris de plus belle. Je lui murmure que je l'aime, il en fiat de même. Nos souffles se mélangent juste avant que nous nous embrassions. Mes lèvres ne souhaitent plus quitter les siennes. Il n'ai pas le premier homme que j'embrasse, mais il est le premier qui me fait un tel effet; vous savez les papillons dans le ventre, les étoiles dans les yeux. Je suis sincère, comme je le suis rarement devant un homme. Je suis perdue, je suis morte à l'instant même où mes lèvres ont frôlé les siennes. Le roi nous tuera pour cet affront. Mais tout ceci me passe bien aussi de la tête. J'ai bien d'autres choses auxquelles songer en cet instant.

 



PLus haut, plus fort
Chaque personne qu’on s’autorise à aimer, est quelqu’un qu’on prend le risque de perdre.
©️ Joy
Revenir en haut Aller en bas
(#) Lun 29 Oct 2018 - 15:42

Feuille de personnage
Compétences de base:
Compétences acquises:
Equipements:
avatar
Membre > Lannister > Royaliste


☇ Arrivé(e) sur nos terres : 07/09/2018
☇ Messages : 37
Dragons : 160
Localisation : Castral Roc
Voir le profil de l'utilisateur

Margaery Tyrell et Tywin Lannister

 
Le temps a disparu dans le néant tout comme ma pensée, je ne réfléchis plus, je vis. Je vis comme je n'avais plus vécu depuis trente ans. Le goût si doux des lèvres d'une femme, son corps brûlant collé au mien, son parfum si enivrant, je ne suis plus le même.
En cet instant je ne suis plus Tywin Lannister mais seulement un jeune homme qui découvre stupéfié les premiers émois de sa virilité.
Margaery, elle est si différente, si brillante, elle a illuminé mon existence et pourtant je ne la connais que depuis un jour et nous avons à peine parlé. Est ce cela l'amour ? Est ce le fait de ne vivre que pour une inconnue avec laquelle vous n'avez échangé qu'un regard ? Languir à attendre l'un d'eux ?
Ces préoccupations restent cependant subsidiaires dans mon esprit, tant mon âme est obnubilée par mon aimée.
Pris d'un accès de fièvre, je rompt notre baiser et murmure à son oreille :

« Lady Margaery, peut-être devrions nous aller dans un endroit plus éloigné, il ne faudrait pas qu'un quelconque domestique ou seigneurs ne nous découvrent en pareilles situations. »

 
Revenir en haut Aller en bas
(#) Mer 21 Nov 2018 - 12:43

Feuille de personnage
Compétences de base:
Compétences acquises:
Equipements:
avatar
Admin > Tyrell > Défenseur


☇ Arrivé(e) sur nos terres : 30/05/2018
☇ Messages : 358
Dragons : 311
Localisation : Hautjardin
Voir le profil de l'utilisateur


Tywin & Margaery

Nos lèvres ne se quittent plus. Nos corps collés l'un à l'autre sont en pleine ébullition. Tywin finit par se détacher de moi et mon souffle se coupe durant une seconde, comme si il m'était devenu vital. Je le regarde, tout sourire. Que personnes ne nous découvrent ? Oui se serait effectivement mal venu!

- Oui vous avez raison.

Je prends sa main dans la mienne. Je me dirige vers mes appartements. Nul ni viendra à cette heure, surement pas ma famille et le roi ne si risquera pas, ce ne serait pas convenable, nous serons donc tranquilles. Lorelei quand à elle et bien trop occupé à faire la causette pour s'intéresser à moi, surtout lorsqu'elle a vu mon regard sur cet homme plus tôt dans la journée. J'ai toute confiance en elle, je sais qu'elle se taira.

Nous avançons dans les couloirs. Ils sont tous à la fête, enfin c'est tout du moins ce que je crois lorsque j'entends des pas un peu plus loin. Je m'arrête net et trouve refuse dans un renfoncement. Lorsqu'ils passent à côté de nous, je cesse de respirer, espérant que nous ayons réussi à passer inaperçu. Lorsqu'ils se sont suffisamment éloignés pour que je n'entende plus leur pas, je regarde l'homme face à moi et ne peut m'empêcher un fou rire. Un tel coup d'adrénaline, ça ne m'arrive pas souvent voyez vous!

- Continuons, nous y sommes presque!

Plus que quelques pas et nous seront arrivés à destination. Je prends quelques pas d'avance sur lui au cas ou. Je suis excitée comme une puce, mais je tâche de n'en rien montrer à l’extérieur.

 



PLus haut, plus fort
Chaque personne qu’on s’autorise à aimer, est quelqu’un qu’on prend le risque de perdre.
©️ Joy
Revenir en haut Aller en bas
(#)
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Sauter vers :
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
First and Last Winter :: Vie Alternative :: Westeros :: Les Terres de la Couronne :: Port-Réal-