Une matinée ordinaire [Missandei]

 :: Nouvelle Vie :: Essos :: Les Cités Libres :: Volantis Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
(#) Lun 17 Sep 2018 - 18:46
avatar
Membre > Indépendant


☇ Arrivé(e) sur nos terres : 11/09/2018
☇ Messages : 19
Dragons : 100
Voir le profil de l'utilisateur


Nathaniel & Missandei

 
Il n'est pas encore dix heures que le soleil est déjà haut dans le ciel, inondant les rues de Volantis de ses rayons brulants. Juste ce qu'il me faut pour me sentir à l'aise. D'une, je suis frileux, il faut le dire. De deux, quand votre atelier est à 50degrés toute l'année, vous avez tendance à avoir froid à moins de 35degrés dehors. La chaleur, je m'y fait très bien, et je ne suis clairement pas dérangé par le travail physique en plein dans la chaleur étouffante qui règne chez moi.
Mais aujourd'hui j'ai pris l'air, et c'est du coté des écuries que l'on peut me voir. Soit à peu près à 50m de mon atelier. Un forgeron qui se respecte est à proximité des chevaux qu'il peut avoir à ferrer, et des combattants épuisés arrivant du désert avec des épées émoussées, voire plus de lames du tout. Et encore, dans le trou pommé où j'habite - non faut pas dire, Volantis est une superbe cité, mais hormis les vendeurs d'esclaves et les pirates, on y croise quand même peu de soldatesque prête à servir de clientèle -, on croise plus de culs terreux achetant de l'acier de piètre qualité à bas prix que de belles lames comme tout maitre forgeron aimerait pouvoir e forger tous les jours. J'en ai quelques une chez moi. Mais très peu que je puisse songer à vendre un jour.

Bref, un jour je serai concis. Mon travail du jour c'est d'aller faire le tour des chevaux de l'écurie - et accessoirement de mon mulet - pour corriger quelques aplombs et refaire quelques ferrures. Ça paye pas, mais ça met deux ou trois patates dans l'assiette, et c'est toujours ça de pris. Je panètre donc dans le bâtiment, posant mes outils près de la porte avant de faire le tour des boxes, offrant une caresse à chaque cheval, âne ou mulet tout en observant leurs pieds au passage.

 






Nathaniel Orsan


Blacksmith from Volantis


Revenir en haut Aller en bas
(#) Jeu 20 Sep 2018 - 0:20

Feuille de personnage
Compétences de base:
Compétences acquises:
Equipements:
avatar
Admin > Longue nuit


☇ Arrivé(e) sur nos terres : 18/09/2018
☇ Messages : 32
Dragons : 100
Age : 25
Voir le profil de l'utilisateur


Nathaniel & Missandei

 
Depuis mon réveil, j'avais tenté de convaincre Ver gris que nous devions partir, pour rejoindre notre reine et que nous viendrons libérer les esclaves avec elle, mais Ver Gris voulait les convaincre de partir, afin de pouvoir se débrouiller seuls, ne pas attendre de l'aide et si elle ne se souvenait pas de cette vie qu'ils ont perdus, il ne voulait pas prendre le risque. Nous nous étions donc mit d'accord, je partirais à la recherche de notre reine et si d'ici là il n'avait pas réussit à les convaincre et à prendre le pouvoir sur les maîtres nous pourrions intervenir avec Daenerys, si elle se souvient de tout. C'était un risque à courir pour recouvrer la liberté.
Mon maître m'avait demandé de venir avec lui à Volantis et bien sur j'avais accepté, c'était l'occasion idéale. Il m'avait accordé un moment de répit durant sa toilette, c'était à d'autre de se charger de ça, ce qui m'arrangeais grandement.

J'étais sous adrénaline. Je tentais de m'arrêter le moins possible et grâce aux dieux, les maîtres ne parlaient que rarement aux esclaves si ils n'avaient pas d'ordre à donner et je fus rapidement dehors. J'avais l'impression que le temps s'écoulait plus doucement que d'ordinaire. Dès que je faisais un pas, je m'attendais à ce que Kraznys ne me rappelle et que l'on me cherche partout, alors que j'étais censé rester derrière la porte à attendre qu'il n'est besoin de moi. Une fois à la porte du domaine, je me demande où je dois aller. N'arrivant pas à me décider, je laisse mes pas me guider.

J'arrive dans une écurie. Les chevaux sont plutôt calmes et lorsque j'entends un bruit, je me décide à me cacher dans un box. C'est plutôt stupide comme cachette, mais je n'ai pas trouvé mieux. le cheval reste calme... celui-ci doit avoir l'habitude d'avoir de la visite, parce qu'il ne dit rien, je crois que c'est plutôt rare même si je suis loin d'être experte en chevaux. Je m'en réjouis. J'entends des pas non loin de moi et j'ose un regard entre les planches. Il n'est vraiment pas loin et j'entends le loquet de la porte, il va rentrer, je suis fichue...

 
Revenir en haut Aller en bas
(#) Jeu 20 Sep 2018 - 18:40
avatar
Membre > Indépendant


☇ Arrivé(e) sur nos terres : 11/09/2018
☇ Messages : 19
Dragons : 100
Voir le profil de l'utilisateur


Nathaniel & Missandei

 
Les chevaux hennissent à mon arrivée, mais le fait qu'ils aient tous la tête déjà sortie de leur box m'indique qu'ils ont eu de la visite il y a très peu de temps. Caressant chaque tête après l'autre, j'en profite pour me pencher par dessus leurs portes pour jeter un œil à leurs pieds. Depuis le temps que je fais ce métier, j'ai l’œil bon pour repérer un problème, sans soulever le pied incriminé... ok, ça aide hein, mais certaines postures ne trompent pas, et j'ai pour principe de ne pas pénétrer dans un box sans l'aval du propriétaire, sauf urgence absolue. Je prend les commandes de ces sieurs à quatre sabots, et ensuite, je vais proposer mes services à leurs cavaliers. Voilà comment je fonctionne.

Avançant de box en box je remarque un cheval semblant observer quelque chose chez lui. Une jument avec un poulain? C'est pas franchement le lieu ou la saison, mais je m'y attarde tout de même. Les poulains ont de tous petits sabots parfois malades dès la naissance et un bon coup de râpe peut parfois faire d'un poulain boiteux un cheval utile.

"Et ben si c'est un poulain, il fait chaud l'hiver." Je reste penché au dessus de la porte du box, observant la jeune femme cachée entre la paroi et le cheval, amusé. "Si j'étais vous, je sortirai de là. Même le palefrenier ne s'approche pas de celle-là."

Quand à moi, j'ai déjà pris quelques bons coups de pied. Les dents dans le dos ça fait jamais de bien non plus. Et y a aussi ces moments fourbes où le cheval se laisse totalement faire, presque endormi - et le poids qu'il fait peser sur votre épaule donne clairement cette impression - pis soudain, ni pour qui ni pourquoi, il se cabre, vous arrache le pied des mains et vous le colle sur les chaussures... 700kg sur un pied, ça fait mal.

En attendant, je tend une main à la jeune femme par dessus la porte du box, en vue de l'aider à se relever, tout en déverrouillant le loquet. Le tout en prévoyant la tape sur le pif si je me fait chiquer la main. J'la connais bien la bourrique!

"J'vais pas vous manger vous savez."

 






Nathaniel Orsan


Blacksmith from Volantis


Revenir en haut Aller en bas
(#) Mer 3 Oct 2018 - 23:05

Feuille de personnage
Compétences de base:
Compétences acquises:
Equipements:
avatar
Admin > Longue nuit


☇ Arrivé(e) sur nos terres : 18/09/2018
☇ Messages : 32
Dragons : 100
Age : 25
Voir le profil de l'utilisateur


Nathaniel & Missandei

 
Je me retrouve entre un cheval et le bord du box. Je vois un homme à travers les planches. Il s'approche, il a la tête par dessus la porte et commence à parler. Je comprends assez vite qu'il s'adresse à moi. J'avais beau vouloir me faire toute petite, ça n'a pas suffit. Je lève le regard vers lui... je suis terrifiée, je tremble de tous mes membres : Je suis fichue. Kraznys va me tuer. Je veux être digne, comme le serait ma reine, mais j'en suis incapable. Lorsqu'il parle de la jument, je la regarde différemment tout à coup, elle qui semble si calme. Mon regard passe de la jument à l'homme et inversement un nombre incalculable de fois, au point que j'en ai des hauts le cœur.

Il me dit de ne pas avoir peur, mais c'est plus fort que moi. Que dois je faire? Que ferais ma reine, ou même Ver Gris ou Tyrion pour sortir de là ? Daenerys le ferait flamber par Drogon, Ver Gris combattrait et Tyrion lui parlait et l'inviterais à boire un verre, mais je n'ai aucune de ses qualités. Tout ce que je sais faire c'est parler plusieurs langues, ce qui n'a rien de pratique à l'heure actuelle, absolument rien...

Lorsque je pense mes jambes capables de me soutenir, je me relève. Je reste les mains jointent devant moi et les serrent aussi fort que possible, elles en seraient presque blanches.

- Vous allez me ramener à lui, n'est-ce pas ? Plutôt mourir que d'y retourner!

Je suis sur la pointe des pieds, prête à déguerpir au moindre signe de faiblesse de sa part.

 
Revenir en haut Aller en bas
(#) Jeu 4 Oct 2018 - 23:29
avatar
Membre > Indépendant


☇ Arrivé(e) sur nos terres : 11/09/2018
☇ Messages : 19
Dragons : 100
Voir le profil de l'utilisateur


Nathaniel & Missandei

 
La jeune femme a l'air effrayée, mais en même temps, presque aussi capable de mordre que la jument qui lui sert de rempart. Comme un chat acculé dans un coin va griffer la main qui tente de l'attraper. Je pense pourtant ne pas franchement faire partie de la partie la plus menaçante des habitants des environs.

"A lui? Qui?"

Je crois que je commence à comprendre. Il y a bien assez de marchands d'esclaves dans les environs pour additionner deux et deux quand une femme aussi effrayée qu'elle semble l'être refuse d'être remise à un certain "il". Bon, ça, ou un mari violent, ça peut aussi. D'une manière ou d'une autre, ce n'est pas moi qui ira la livrer à qui que ce soit.

"Hé. J'suis bien le seul forgeron de la cité à préférer crever la dalle que faire affaire avec les esclavagistes du port, et pourtant, dieu sait qu'ils ont essayé de m'acheter. Alors n'ayez crainte. Qui que ce soit qui vous recherche, z'êtes en sécurité avec moi."

Je lui ouvre la porte du box, gardant la main tendue vers elle, si elle l'accepte. Je ne la forcerai pas si elle ne l'entend pas de cette oreille, mais je n'offre jamais mon aide pour la refuser la seconde suivante.

"Appellez moi Nath. Et vous, c'est comment?"

Hé, j'ai une bonne tête non? Assez pour qu'on accepte de me faire un minimum confiance, je l'espère en tout cas. Pis si je peux l'aider à quelque chose, bah tant que j'suis là, autant être utile non?


 






Nathaniel Orsan


Blacksmith from Volantis


Revenir en haut Aller en bas
(#)
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
First and Last Winter :: Nouvelle Vie :: Essos :: Les Cités Libres :: Volantis-