Notre trailer

Une matinée ordinaire [Missandei]

 :: Vie Alternative :: Essos :: Les Cités Libres :: Volantis Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
(#) Lun 17 Sep 2018 - 18:46
Nathaniel Orsan
Membre > Indépendant


☇ Arrivé(e) sur nos terres : 11/09/2018
☇ Messages : 57
Dragons : 294
Voir le profil de l'utilisateur
En ligne


Nathaniel & Missandei

 
Il n'est pas encore dix heures que le soleil est déjà haut dans le ciel, inondant les rues de Volantis de ses rayons brulants. Juste ce qu'il me faut pour me sentir à l'aise. D'une, je suis frileux, il faut le dire. De deux, quand votre atelier est à 50degrés toute l'année, vous avez tendance à avoir froid à moins de 35degrés dehors. La chaleur, je m'y fait très bien, et je ne suis clairement pas dérangé par le travail physique en plein dans la chaleur étouffante qui règne chez moi.
Mais aujourd'hui j'ai pris l'air, et c'est du coté des écuries que l'on peut me voir. Soit à peu près à 50m de mon atelier. Un forgeron qui se respecte est à proximité des chevaux qu'il peut avoir à ferrer, et des combattants épuisés arrivant du désert avec des épées émoussées, voire plus de lames du tout. Et encore, dans le trou pommé où j'habite - non faut pas dire, Volantis est une superbe cité, mais hormis les vendeurs d'esclaves et les pirates, on y croise quand même peu de soldatesque prête à servir de clientèle -, on croise plus de culs terreux achetant de l'acier de piètre qualité à bas prix que de belles lames comme tout maitre forgeron aimerait pouvoir e forger tous les jours. J'en ai quelques une chez moi. Mais très peu que je puisse songer à vendre un jour.

Bref, un jour je serai concis. Mon travail du jour c'est d'aller faire le tour des chevaux de l'écurie - et accessoirement de mon mulet - pour corriger quelques aplombs et refaire quelques ferrures. Ça paye pas, mais ça met deux ou trois patates dans l'assiette, et c'est toujours ça de pris. Je panètre donc dans le bâtiment, posant mes outils près de la porte avant de faire le tour des boxes, offrant une caresse à chaque cheval, âne ou mulet tout en observant leurs pieds au passage.

 






Blacksmith from Volantis

Revenir en haut Aller en bas
(#) Jeu 20 Sep 2018 - 0:20

Feuille de personnage
Compétences de base:
Compétences acquises:
Equipements:
Missandei
Admin > Targaryen > Longue Nuit


☇ Arrivé(e) sur nos terres : 18/09/2018
☇ Messages : 116
Dragons : 170
Voir le profil de l'utilisateur


Nathaniel & Missandei

 
Depuis mon réveil, j'avais tenté de convaincre Ver gris que nous devions partir, pour rejoindre notre reine et que nous viendrons libérer les esclaves avec elle, mais Ver Gris voulait les convaincre de partir, afin de pouvoir se débrouiller seuls, ne pas attendre de l'aide et si elle ne se souvenait pas de cette vie qu'ils ont perdus, il ne voulait pas prendre le risque. Nous nous étions donc mit d'accord, je partirais à la recherche de notre reine et si d'ici là il n'avait pas réussit à les convaincre et à prendre le pouvoir sur les maîtres nous pourrions intervenir avec Daenerys, si elle se souvient de tout. C'était un risque à courir pour recouvrer la liberté.
Mon maître m'avait demandé de venir avec lui à Volantis et bien sur j'avais accepté, c'était l'occasion idéale. Il m'avait accordé un moment de répit durant sa toilette, c'était à d'autre de se charger de ça, ce qui m'arrangeais grandement.

J'étais sous adrénaline. Je tentais de m'arrêter le moins possible et grâce aux dieux, les maîtres ne parlaient que rarement aux esclaves si ils n'avaient pas d'ordre à donner et je fus rapidement dehors. J'avais l'impression que le temps s'écoulait plus doucement que d'ordinaire. Dès que je faisais un pas, je m'attendais à ce que Kraznys ne me rappelle et que l'on me cherche partout, alors que j'étais censé rester derrière la porte à attendre qu'il n'est besoin de moi. Une fois à la porte du domaine, je me demande où je dois aller. N'arrivant pas à me décider, je laisse mes pas me guider.

J'arrive dans une écurie. Les chevaux sont plutôt calmes et lorsque j'entends un bruit, je me décide à me cacher dans un box. C'est plutôt stupide comme cachette, mais je n'ai pas trouvé mieux. le cheval reste calme... celui-ci doit avoir l'habitude d'avoir de la visite, parce qu'il ne dit rien, je crois que c'est plutôt rare même si je suis loin d'être experte en chevaux. Je m'en réjouis. J'entends des pas non loin de moi et j'ose un regard entre les planches. Il n'est vraiment pas loin et j'entends le loquet de la porte, il va rentrer, je suis fichue...

 
Revenir en haut Aller en bas
(#) Jeu 20 Sep 2018 - 18:40
Nathaniel Orsan
Membre > Indépendant


☇ Arrivé(e) sur nos terres : 11/09/2018
☇ Messages : 57
Dragons : 294
Voir le profil de l'utilisateur
En ligne


Nathaniel & Missandei

 
Les chevaux hennissent à mon arrivée, mais le fait qu'ils aient tous la tête déjà sortie de leur box m'indique qu'ils ont eu de la visite il y a très peu de temps. Caressant chaque tête après l'autre, j'en profite pour me pencher par dessus leurs portes pour jeter un œil à leurs pieds. Depuis le temps que je fais ce métier, j'ai l’œil bon pour repérer un problème, sans soulever le pied incriminé... ok, ça aide hein, mais certaines postures ne trompent pas, et j'ai pour principe de ne pas pénétrer dans un box sans l'aval du propriétaire, sauf urgence absolue. Je prend les commandes de ces sieurs à quatre sabots, et ensuite, je vais proposer mes services à leurs cavaliers. Voilà comment je fonctionne.

Avançant de box en box je remarque un cheval semblant observer quelque chose chez lui. Une jument avec un poulain? C'est pas franchement le lieu ou la saison, mais je m'y attarde tout de même. Les poulains ont de tous petits sabots parfois malades dès la naissance et un bon coup de râpe peut parfois faire d'un poulain boiteux un cheval utile.

"Et ben si c'est un poulain, il fait chaud l'hiver." Je reste penché au dessus de la porte du box, observant la jeune femme cachée entre la paroi et le cheval, amusé. "Si j'étais vous, je sortirai de là. Même le palefrenier ne s'approche pas de celle-là."

Quand à moi, j'ai déjà pris quelques bons coups de pied. Les dents dans le dos ça fait jamais de bien non plus. Et y a aussi ces moments fourbes où le cheval se laisse totalement faire, presque endormi - et le poids qu'il fait peser sur votre épaule donne clairement cette impression - pis soudain, ni pour qui ni pourquoi, il se cabre, vous arrache le pied des mains et vous le colle sur les chaussures... 700kg sur un pied, ça fait mal.

En attendant, je tend une main à la jeune femme par dessus la porte du box, en vue de l'aider à se relever, tout en déverrouillant le loquet. Le tout en prévoyant la tape sur le pif si je me fait chiquer la main. J'la connais bien la bourrique!

"J'vais pas vous manger vous savez."

 






Blacksmith from Volantis

Revenir en haut Aller en bas
(#) Mer 3 Oct 2018 - 23:05

Feuille de personnage
Compétences de base:
Compétences acquises:
Equipements:
Missandei
Admin > Targaryen > Longue Nuit


☇ Arrivé(e) sur nos terres : 18/09/2018
☇ Messages : 116
Dragons : 170
Voir le profil de l'utilisateur


Nathaniel & Missandei

 
Je me retrouve entre un cheval et le bord du box. Je vois un homme à travers les planches. Il s'approche, il a la tête par dessus la porte et commence à parler. Je comprends assez vite qu'il s'adresse à moi. J'avais beau vouloir me faire toute petite, ça n'a pas suffit. Je lève le regard vers lui... je suis terrifiée, je tremble de tous mes membres : Je suis fichue. Kraznys va me tuer. Je veux être digne, comme le serait ma reine, mais j'en suis incapable. Lorsqu'il parle de la jument, je la regarde différemment tout à coup, elle qui semble si calme. Mon regard passe de la jument à l'homme et inversement un nombre incalculable de fois, au point que j'en ai des hauts le cœur.

Il me dit de ne pas avoir peur, mais c'est plus fort que moi. Que dois je faire? Que ferais ma reine, ou même Ver Gris ou Tyrion pour sortir de là ? Daenerys le ferait flamber par Drogon, Ver Gris combattrait et Tyrion lui parlait et l'inviterais à boire un verre, mais je n'ai aucune de ses qualités. Tout ce que je sais faire c'est parler plusieurs langues, ce qui n'a rien de pratique à l'heure actuelle, absolument rien...

Lorsque je pense mes jambes capables de me soutenir, je me relève. Je reste les mains jointent devant moi et les serrent aussi fort que possible, elles en seraient presque blanches.

- Vous allez me ramener à lui, n'est-ce pas ? Plutôt mourir que d'y retourner!

Je suis sur la pointe des pieds, prête à déguerpir au moindre signe de faiblesse de sa part.

 
Revenir en haut Aller en bas
(#) Jeu 4 Oct 2018 - 23:29
Nathaniel Orsan
Membre > Indépendant


☇ Arrivé(e) sur nos terres : 11/09/2018
☇ Messages : 57
Dragons : 294
Voir le profil de l'utilisateur
En ligne


Nathaniel & Missandei

 
La jeune femme a l'air effrayée, mais en même temps, presque aussi capable de mordre que la jument qui lui sert de rempart. Comme un chat acculé dans un coin va griffer la main qui tente de l'attraper. Je pense pourtant ne pas franchement faire partie de la partie la plus menaçante des habitants des environs.

"A lui? Qui?"

Je crois que je commence à comprendre. Il y a bien assez de marchands d'esclaves dans les environs pour additionner deux et deux quand une femme aussi effrayée qu'elle semble l'être refuse d'être remise à un certain "il". Bon, ça, ou un mari violent, ça peut aussi. D'une manière ou d'une autre, ce n'est pas moi qui ira la livrer à qui que ce soit.

"Hé. J'suis bien le seul forgeron de la cité à préférer crever la dalle que faire affaire avec les esclavagistes du port, et pourtant, dieu sait qu'ils ont essayé de m'acheter. Alors n'ayez crainte. Qui que ce soit qui vous recherche, z'êtes en sécurité avec moi."

Je lui ouvre la porte du box, gardant la main tendue vers elle, si elle l'accepte. Je ne la forcerai pas si elle ne l'entend pas de cette oreille, mais je n'offre jamais mon aide pour la refuser la seconde suivante.

"Appellez moi Nath. Et vous, c'est comment?"

Hé, j'ai une bonne tête non? Assez pour qu'on accepte de me faire un minimum confiance, je l'espère en tout cas. Pis si je peux l'aider à quelque chose, bah tant que j'suis là, autant être utile non?


 






Blacksmith from Volantis

Revenir en haut Aller en bas
(#) Lun 29 Oct 2018 - 14:54

Feuille de personnage
Compétences de base:
Compétences acquises:
Equipements:
Missandei
Admin > Targaryen > Longue Nuit


☇ Arrivé(e) sur nos terres : 18/09/2018
☇ Messages : 116
Dragons : 170
Voir le profil de l'utilisateur


Nathaniel & Missandei

 
Une bonne tête, oui, mais de là à lui faire confiance. Je ne sais plus! Il me demande de qui je parle avant d'évoquer les esclavagiste.

- Je ne retournerais jamais auprès de mon maître! Et si vous essayez, je...

Sa main tendu vers moi; j'ai envie de le croire. J'ai envie de lui faire confiance. Je vois la jument s'agiter, alors j'accepte de sortir en longeant les murs. Par R'hllor*, elle ne me touche pas et je sors sans encombre.

- Moi c'est Missandei, de l'île de Naath.

Ma main tremble dans la sienne. Si je tombe dans un piège aussi facilement Ver gris me tuera. Mais j'ai envie de faire confiance à cet homme. Après tout, toute seule je n'y arriverais pas.

- Je dois sortir d'ici. Je dois me rendre à Qarth. Je dois retrouver ma ....

Je ne termine pas cette phrase, juste à temps. Je me souviens que déjà à mon époque elle n'avait pas la priorité dans le cœur de tous les citoyens d'Essos, alors encore moins aujourd'hui. Elle n'avait pas la même renommée, je devais faire attention à ce que j'allais dire. Je pense la retrouver la bas, je dois pouvoir la retrouver avant qu'elle n'arrive à Asshai, la prévenir de ce qui l'attend, qu'elle prévoit un plan pour nous sortir de là si ce n'est pas déjà fait. Pourquoi ne pas avoir attendu qu'elle vienne directement à la cité ? Peut-être par peur que ses priorités ne changent si elle a& gardé ses souvenirs comme nous l'avons fait. Mieux vaut prévenir que guérir.

* Dieu de la lumière, principalement prié à Essos

 
Revenir en haut Aller en bas
(#) Lun 29 Oct 2018 - 22:35
Nathaniel Orsan
Membre > Indépendant


☇ Arrivé(e) sur nos terres : 11/09/2018
☇ Messages : 57
Dragons : 294
Voir le profil de l'utilisateur
En ligne


Nathaniel & Missandei

 
Elle s'affole de nouveau, et je lève la main que je ne lui tend pas pour tenter de la calmer.

"J'essayerai rien du tout. C'est promis. Qui que ce soit qui pense avoir un quelconque droit de propriété sur vous... j'marche pas là dedans."

Sa main se pose finalement dans la mienne, et je referme légèrement les doigts dessus, sans la faire se sentir prisonnière non plus.

"De l'ile de Naath? Vous en avez fait, du chemin, pour venir vous perdre ici."

Enfin pas que je m'y connaisse en géographie en dehors de Volantis, mais des voyageurs de Naath, j'en vois pas passer. Donc ça doit être loin. Qarth aussi faut dire. Enfin ça je connais un peu plus... et c'est pas la porte à coté.

"Retrouver votre? Ok, c'est pas mes affaires. Enfin, Qarth à pied, vous allez sentir le trajet, c'moi qui vous le dit.

Je referme la porte du box une fois qu'elle en est sorti, avant de me diriger deux boxes plus loin, vers mon mulet et ses grandes oreilles reconnaissables entre toutes.

"Y aurait à faire pour un forgeron à Qarth, vous pensez? Je créé bien plus d'armes que je n'ai l'occasion d'en vendre ici, ça me ferait pas de mal d'écouler un peu mes stocks... et remplir ma bourse par la même occasion."

Mon père me dirait que j'ai toujours des idées saugrenues, et que je ferai mieux de redescendre sur terre. Je lui ferai remarquer que ce n'est guère à Volantis que mon frère a su faire sa carrière, et qu'il serait peut-être temps que j'aille voir du pays moi aussi. Pis j'ai parlé de tester le marché, pas de m'installer... même si l'aller retour risque de me prendre un sacré moment.

 






Blacksmith from Volantis

Revenir en haut Aller en bas
(#) Jeu 22 Nov 2018 - 14:35

Feuille de personnage
Compétences de base:
Compétences acquises:
Equipements:
Missandei
Admin > Targaryen > Longue Nuit


☇ Arrivé(e) sur nos terres : 18/09/2018
☇ Messages : 116
Dragons : 170
Voir le profil de l'utilisateur


Nathaniel & Missandei

 
Il me réexplique qu'il ne fait pas dans l'esclavagisme, j'en suis soulagée. J'accepte la main qu'il me tend. Nous échangeons un instant sur ma patrie. Je ne sais pas trop quoi dire. je ne m'en souviens même plus de cette île pour tout dire, je suis partie alors que j'étais si petite. Je penche pour la vérité :

- A vrai dire je ne m'en souviens pas. La seule chose qui me revienne en mémoire, c'est le long trajet en bateau avec de nombreux enfants de mon village et de ceux aux alentours.

J'étais enfin sortit du box, j'étais devant lui, à lui raconter ça, c'était un peu bizarre et en même temps je sentais que je pouvais lui parler. Y a des gens comme ça...
Il s'éloigne un peu pour se diriger vers un autre box. Je suis plutôt quelqu'un de calme et avec les animaux en général ça aide, mais qu'il s'énerve et je ne suis plus bonne à rien, hors lui à l'air à son aise. Un forgeron doux avec les animaux, dans ma tête sa fait tilt, mais en vérité je ne connais pas d'autre forgeron, j'en ais surement une mauvaise image.
Il a raison sur un point, faire la route jusqu'à Qarth je risque d'en avoir pour un moment. Je pourrais peut-être emprunté un cheval ? Lui m'en passerait un des siens peut-être? Non je suis partit de chez mon maître sans lui voler de l'argent avant, je ne suis pas comme ça, peut-importe le monstre qu'il est.

- Vous me prêteriez l'un de vos chevaux ? Je saurais vous le rendre au centuple lorsque j'aurais retrouvé, la personne que je dois retrouver à Qarth.

Oui j'imagine qu'ils sont à lui, mais je me trompe. Il me surprend d'autant plus quand il me parle de travail pour un forgeron là bas... Eu et bien, j'imagine que oui comme partout.

- Je suppose que vous trouveriez oui... Pourquoi ? vous feriez le trajet avec moi ? Vous n'avez vraiment peur de rien, vous!

Bin faire le trajet jusqu'à Qarth déjà ça promet quelques belles heures en pleins cagnard avec possibilités de se faire tuer, ou même pire trouvé par un esclavagiste qui se fera un plaisir de nous revendre au plus offrant. Mais bon si il y tient, je ne dirais pas non à un peu de compagnie, à condition qu'on ne traîne pas trop ici; il faudrait même partir tout de suite, mais je vais attendre sa réponse pour en savoir plus avant de lui indiquer ce fait.

 


Compte pour Rg niveau 1
Revenir en haut Aller en bas
(#) Jeu 22 Nov 2018 - 18:35
Nathaniel Orsan
Membre > Indépendant


☇ Arrivé(e) sur nos terres : 11/09/2018
☇ Messages : 57
Dragons : 294
Voir le profil de l'utilisateur
En ligne


Nathaniel & Missandei

 
Sa remarque me fait serrer les dents un instant. On pourrait croire qu'à avoir grandi ici, j'ai tout à fait l'habitude du trafic fructueux des esclavagistes, et c'est pourtant bien le cas. Mais il n'empêche que ça me révolte toujours autant. Rares sont ceux en sécurité avec eux, et il arrive même que des gosses du village ne disparaissent dans leurs filets. Pour ma part, mon père m'aurait bien vendu plusieurs fois si il n'avait pas été convaincu que je ne valait même pas assez pour être donné aux chiens. Mon maitre m'a sauvé. Lui a été un véritable père pour moi, et bien plus encore. Il a fait de moi ce que je suis aujourd'hui. Et est encore parfaitement capable de me coller une claque entre les oreilles s'il juge que je bousille ma vie au lieu de saisir les occasions qui se présentent à moi.

"Vous deviez être bien jeune."

Déjà qu'elle doit à voir tout juste la moitié de mon âge aujourd'hui... je met une seconde à comprendre quand elle me demande si je ne pourrai pas lui prêter un cheval, relevant le regard vers elle tout en gardant mes mains occupées à gratter les oreilles de mon mulet. Qui finit d'ailleurs par me pousser du nez pour me rappeler son existence.

"Désolé de vous décevoir, j'ai déjà bien du mal à financer le box et la nourriture pour celui-là, alors les autres... j'me contente de tailler les sabots et refaire les ferrures pour me faire un peu d'argent."

Elle met deux et deux ensemble toute seule concernant ma proposition, et je me contente de hausser les épaules, ne trouvant pas l'expédition plus sorcière que ça. Bon ok, hors de l'ombre des bâtiments de la ville, ça cogne, et un mulet c'est connu pour avoir l'entêtement d'un âne. Mais l'endurance qui va avec. C'pas pour rien que j'l'ai acheté lui... ok, ok, j'avais surtout pas les moyens de m'acheter un cheval à l'époque, et j'les ai toujours pas d'ailleurs, mais on s'est apprivoisés depuis le temps.

"Pourquoi pas. Ça m'arrive de prendre la route pour aller faire un marché ou deux. C'est pas ici que j'arrive à gagner ma vie, mais j'ai mes attaches dans le coin. Enfin, un bon prétexte me fera toujours prendre la route, et vous en êtes un excellent, si je puis me permettre. Un prétexte, de la conversation et l'occasion de rendre ma lame utile, qu'est-ce qu'on attend?"

Capable de partir, comme ça, sur un coup de tête? Oh, j'ai déjà fait pire. L'idée c'est de prendre une heure pour préparer le mulet, le charger à l'atelier, prévenir mon mentor et ma belle-mère de mon départ... et on y va. Oui bon, le mulet chargé en plus de deux cavaliers, ça va peut-être faire beaucoup... Bah, on me doit un service ou deux, j'trouverai bien à me faire prêter une rosse quelconque.

 






Blacksmith from Volantis

Revenir en haut Aller en bas
(#) Dim 16 Déc 2018 - 14:15

Feuille de personnage
Compétences de base:
Compétences acquises:
Equipements:
Missandei
Admin > Targaryen > Longue Nuit


☇ Arrivé(e) sur nos terres : 18/09/2018
☇ Messages : 116
Dragons : 170
Voir le profil de l'utilisateur


Nathaniel & Missandei

 

Oui j'étais jeune, je ne me souviens pas exactement, autour de cinq ans je crois. Ce trajet dont je venais de parler, rien que d'y pensais me donna le frisson. Je n'aimais pas repenser à ces moments là. je ne me souvenais pas de tout, mais les sentiments de peur, d'horreur, oui ça je m'en souviens, je ne pourrais jamais oublier je crois. Je ne réponds pas, ce n'était pas vraiment une question de toute façon je pense, c'était plutôt rhétorique. Lorsqu'il demande si il y a du travail à Qarth et que je lui ai répondit, j’enchaîne sur le fait qu'il puisse me prêter l'un de ses chevaux, mais je déchante bien vite, ces chevaux ne sont pas à lui; il n'a que celui devant lui, hors à deux nous n'avancerons jamais assez vite sur un seul cheval et il ne pourrait de toute façon pas nous porter bien longtemps. Je n'avais pas d'argent, je ne pouvais pas me permettre dans acheter et je n'allais pas me mettre à voler. Je savais que ces animaux étaient utiles à leur propriétaires, en faisant cela je leur enlever le pain de la bouche et ce n'était pas mon intention, mais alors comment faire ?

Il était prêt à partir sur le champs et ses paroles me le confirmèrent rapidement. Mais avait-il un moyen de partir ? Je devais en avoir le cœur net :

- Comment contez vous réalisez ce prodige sans chevaux ? Je ne suis pas plus rapide qu'un dothraki et encore moins qu'un esclavagiste, nous ne pouvons faire cette route à pied, même si nous le pouvions celà nous prendrait des mois.

Et je n'avais clairement pas tout ce temps devant moi. Je devais partir maintenant et ne pas m'attarder en chemin.

- Vous connaissez quelqu'un qui pourrait nous en prêter ? Je n'ai absolument rien sur moi, mais si vous arrivez à avancer une telle somme je vous le rendrais, vous avez ma parole.

Oui je lui avais déjà dit, mais j'étais sincère, il ne devait pas en douter, sinon j'étais fichue.

 
Revenir en haut Aller en bas
(#) Dim 16 Déc 2018 - 19:07
Nathaniel Orsan
Membre > Indépendant


☇ Arrivé(e) sur nos terres : 11/09/2018
☇ Messages : 57
Dragons : 294
Voir le profil de l'utilisateur
En ligne


Nathaniel & Missandei

 
Je l'écoute douter de ma capacité à nous trouver des chevaux avant le départ, et je souris amusé, avant de prendre la bride du baudet, accrochée au mur, pour la lui passer par dessus les oreilles. J'ai beau ne pas être bourrelier, je me suis débrouillé pour rajouter une boucle derrière les oreilles, ce qui m'évite de les lui tordre en passant le cuir par dessus alors qu'il a le mors en bouche. Les brides habituelles ne sont pas faites pour des oreilles de 30centimètres. Ceci fait, je le sors de son box, hésitant à savoir si je dois lui mettre la selle ou le bât avant d'opter pour le bât. C'est loin d'être confortable, si jamais je suis obligé de monter dessus, mais j'y place bien plus de bardas.

"En voici déjà un, même s'il n'en a pas vraiment la tête. Laissez moi une heure pour le charger, et régler quelques affaires. Je suis forgeron, je connais tous les chevaux de la ville, et tous ceux qui pourraient m'en céder un."

Principalement quand vous leur avez vendu un poulain, à présent assez bien dressé et endurant pour vous faire regretter de ne pas l'avoir cédé trois fois le prix, et que vous savez qu'il leur reste un cheval plus âgé qui n'attend que le couteau, après une vie de bons et loyaux services. Pas de souci, je sais où m'adresser.

"Oubliez ça. Un cheval, ça se revend, j'perdrais pas d'argent dans l'histoire, rassurez-vous."

Ben oui, on part à deux chevaux. Si elle compte rester à Qarth, elle n'aura plus besoin du second. Et j'en ai pas besoin non plus. Mon futé à grandes oreilles me suffit pour ce que j'ai à en faire. Ok, je vais quand même aller manger à plusieurs rateliers. Je dis pas non à deux chevaux à monter, en plus du mien pour porter les affaires. Monter sur le bât, en deux minutes j'ai déjà trouvé que c'était une idée de merde.

 






Blacksmith from Volantis

Revenir en haut Aller en bas
(#) Dim 16 Déc 2018 - 22:31

Feuille de personnage
Compétences de base:
Compétences acquises:
Equipements:
Missandei
Admin > Targaryen > Longue Nuit


☇ Arrivé(e) sur nos terres : 18/09/2018
☇ Messages : 116
Dragons : 170
Voir le profil de l'utilisateur


Nathaniel & Missandei

 

Cet homme me rassure assez vite. Il a plus de ressources qu'il n'en laisse paraître au premier abord. Il sort son cheval et lui met je ne sais quoi sur le dos. Je ne suis pas experte en chevaux, j'avais bien assez à faire à côté jusqu'à présent et une fois avec Daenerys j'avais beau monté à cheval pour aller n'importe où je préférais évoquer avec elle ses dragons. Je m'approche du dit cheval pour faire connaissance avec lui. J'approche doucement ma main pour qu'il la sente et voit que je ne suis pas un ennemi. J'écoute l'homme parler en même temps. Il me dit qu'il pourrait avoir un autre voir plusieurs autres chevaux, il sait où frapper c'est déjà un bon point et qu'il n'est nul besoin d 'argent, il saura s'en débrouiller... Bien, soit!

- Une heure ? C'est .... Je devrais peut-être vous attendre à l'extérieur de la ville; il peut se passer tellement de chose en une heure!

Je ne sais pas quoi faire. J'ai peur de quitter la ville seule et me faire attraper, mais j'ai aussi peur de rester ici seule et me faire emmener. Dans tous les cas il y a du pour et du contre. peut-être qu'à le suivre je risquerais moins gros, il pourrait peut-être m'aider en cas de pépin.

- Pourriez vous m'aider à enlever ce collier. Je ne sortirais jamais de cette ville, avec ça autour du cou.

Je baisse le regard sur ce collier et en tiens la boucle entre mes doigts. J'ai essayé toute seule mais sans succès.

 
Revenir en haut Aller en bas
(#) Jeu 20 Déc 2018 - 14:59
Nathaniel Orsan
Membre > Indépendant


☇ Arrivé(e) sur nos terres : 11/09/2018
☇ Messages : 57
Dragons : 294
Voir le profil de l'utilisateur
En ligne


Nathaniel & Missandei

 
Elle n'a pas tord, une heure ça peut être long, et elle n'a pas vraiment le teint de la région. Moi non plus, à première vue, mais les heures passées dans la fournaise de mon atelier y aident. Ok, allez savoir, connaissant mon père, ma mère était peut-être pas davantage de la région que cette demoiselle, mais l'excuse de la forge doublée de la crasse et de la suie qu'on peut y trouver est plus intéressante dans un bled où le délit de faciès n'est pas une légende.

"Ok, si la chaleur d'une forge ne vous effraye pas, vous avez qu'à venir avec moi. Le dernier esclavagiste à y être entré en est ressorti avec un trou dans la main, alors, ils se méfient maintenant."

Pas que je me vante d'être plus doué avec une lame qu'eux. Malgré que je doive bien dire que je me défend assez bien à l'épée. Mais dans la fumée brulant les yeux qui emplit l'intérieur de mon atelier, je suis plus alerte que n'importe quel visiteur occasionnel.

"Permettez que je regarde."

Je me rapproche d'elle, inclinant la tête pour jeter un œil à son imposant collier de cuir alors qu'elle fait ami-ami avec ma monture. Je la contourne pour regarder l'arrière de son cou, repérant tout de suite la goupille permettant de garder fermé le fameux collier. Un jeu d'enfant. En apparence. Parce que faut bien admettre que la prise est un peu étroite pour les mains d'un forgeron.

"Ok, laissez-moi une minute."

Je repars dans le box du mulet, récupérer un outil qui ne quitte jamais l'écurie bien qu'il soit dissimulé aux regards les plus convoiteux, à savoir, ma pince à parer. Ça a l'air impressionnant sur le coup, mais au moins avec ça, ma prise sera assurée. Et il me faut effectivement moins d'une minute pour venir à bout du système de fermeture. Grosso modo une charnière de porte quoi. Et en moins sécurisé encore, parce que je vous met au défi de dépendre ma porte d'entrée.

"Voilà, c'est bon pour moi."

Je replanque ma pince dans le box, sous la botte de foin de l'animal, pour être exact, avant de reprendre ses rênes en main. C'pas qu'on a un voyage à préparer mais un peu quand même.

"Vous venez avec moi?"

 






Blacksmith from Volantis

Revenir en haut Aller en bas
(#) Ven 4 Jan 2019 - 9:56

Feuille de personnage
Compétences de base:
Compétences acquises:
Equipements:
Missandei
Admin > Targaryen > Longue Nuit


☇ Arrivé(e) sur nos terres : 18/09/2018
☇ Messages : 116
Dragons : 170
Voir le profil de l'utilisateur


Nathaniel & Missandei

 


Il m'explique que le dernier esclavagiste étant rentré dans sa forge n'en est pas revenu indemne. Il me propose de le suivre durant l'heure qui vient. Après tout, je lui fait confiance désormais. Si il avait du m'attaquer ce serait chose faites je crois dans cet endroit où lui seul met les pieds visiblement. Et pour me revendre c'est pareil il attendrait pas si longtemps pour m'emmener au marché le plus proche.

- Non la chaleur ne me fait rien. Je vous suis. Merci de votre aide.

Il s'approche de moi pour jeter un œil à mon collier. Je me tourne pour lui présenter mon cou. Il me dit qu'il n'en a pas pour longtemps; je veux bien le croire. J'entends ses pas s'éloigner puis rapidement se rapprocher. En un tour de main un poids s'enlève de mes épaules au sens propre. Je me sens plus légère. J'enlève le tissu sui passait dans la boucle du dit collier afin d'attacher ma robe différemment. Une fois ceci fait je me tourne de nouveau vers lui.
Il me demande si je le suis.

- Oui je viens avec vous!

Nous sortons rapidement d'ici alors que je dépose le collier derrière un tas de ferraille à la sortie du bâtiment. Il ouvre la voie et je le suis. J'essaie de paraître aussi naturel que possible. Je ne me sens pas très à l'aise sans ce collier, pourtant il y a quelques semaines je ne le portais pas, mais croyais moi ou non on s'y fait vite, surtout qu'on a a connu ça la majorité de ses deux vies. Nous arrivons ensuite dans sa forge. Il prépare ce dont il a besoin, avant d'aller chercher un autre animal que nous pourrons emmener avec nous, voir deux si possible.
Je l'attends là, dans la fumée et la chaleur. Il fait effectivement très chaud, mais je vais bien réussir à supporter ça. Surtout que c'est pour pas être enfermée, alors je peux bien prendre sur moi pendant un moment.

 
Revenir en haut Aller en bas
(#) Ven 4 Jan 2019 - 14:27
Nathaniel Orsan
Membre > Indépendant


☇ Arrivé(e) sur nos terres : 11/09/2018
☇ Messages : 57
Dragons : 294
Voir le profil de l'utilisateur
En ligne


Nathaniel & Missandei

 
La demoiselle accepte de me suivre, et je l'entraine donc de l'écurie jusqu'à ma forge, tout en tirant un mulet exceptionnellement coopératif aujourd'hui. J'attache l'animal à l'abreuvoir situé devant chez moi avant de commencer à le charger, de façon assez intelligente pour ne pas perdre la moitié de mes bagages en chemin. Soit après l'avoir ressanglé deux fois, et en chargeant progressivement les deux cotés en même temps, chaque paquet accroché avec des lanières différentes des autres. D'abord des armes, puis des couvertures et de quoi tenir la route, vivres et autres, et même un jeu de fers. On est jamais trop prudent, et ça serait bien le comble pour un forgeron d'avoir un cheval boiteux à cause d'un fer manquant.
Je caresse la tête de l'animal, bien conciliant malgré sa charge, avant de retourner à l'intérieur pour renseigner Missandei.

"J'ai quelques personnes à aller voir, et je me débrouille pour nous ramener des chevaux. Si la chaleur devient insupportable, la porte là, c'est chez moi. Rassurez-vous, j'suis pas marié."

Loin d'une proposition, une simple constatation. J'imagine que ça ne dois pas être confortable de se trouver chez un parfait inconnu en craignant de devoir expliquer le pourquoi du comment de sa présence à une potentielle épouse potentiellement soupe au lait.

Des quelques personnes que j'ai à voir, les premières me tombent dessus sans que je n'ai à les chercher. Bien sur que les gamins des rues ont aperçu mon manège. Comme si c'était courant que je surcharge mon baudet.

"Oui. Non. Oui. Bon, vous me laissez en placer une? Wil?"

Le petit chef se charge très bien de tenir ses troupes, du haut de son mètre 40.

"Tu t'en vas?"
"Ouais"
"Longtemps?"
"Aucune idée. Tu veille sur elles hein?"
"Et j'ai quoi en échange?"
"Tu te rappelle de cette dague qui te fait de l’œil? A mon retour, elle est à toi."

Ok, bonne chose de faite. Maintenant, seconde étape. Je frappe à la porte d'une maison relativement bien cachée pour qui ne sait pas la trouver.

"Nath."
"Salut."
"T'es sur le départ."
"Je ne peux rien te cacher."
"Elle est jolie?"
"Mère! C'est pas... Ok, j'pars accompagné, mais c'est pour rendre service, rien de plus. Mon atelier est plein, j'vais vendre au marché de Qarth. [...] J'ai demandé à Wil de veiller sur toi."
"Mon garçon. Tu as prévu de quoi, bien sur. Quand as-tu décidé de ce voyage? Ne bouge pas."
Comment dire qu'elle me connait par cœur? Et que je la connais tout aussi bien. Faire mes courses avant le départ? Pas nécessaire. J'en ressors donc avec ce qu'il me faut de vivres pour le voyage et même en rab. Prochaine étape? Les chevaux. Et là ça peut promettre d'être plus compliqué à négocier.

"Tu me la vendrais combien ta jument?"
"Et qui te dit qu'elle est à vendre?"
"Le fait que toute la cité t'a vu monter ton nouveau poulain, et que t'es pas assez lourd pour nécessiter d'être porté par deux chevaux. Pas encore, du moins."
"Elle est bien au dessus de tes prix."
"Et je te rappelle que tu me dois deux ferrures, sans oublier le super prix d'ami que je t'ai fait sur le jeune."
"Prix d'ami? Je t'ai fait une fleur en te l'achetant. T'en aurais fait quoi? Tu l'aurai logé dans ton râtelier d'armes?"

Pas faux. Je l'avais dit qu'elles seraient rudes, les négociations. Mais je finis par y arriver, après avoir mis deux autres ferrures et la révision complète de son armure dans la balance. Quand on me dit que je bosse pour la peau la moitié de l'année moi. Bref, l'autre cheval est aussi galère à obtenir, mais je finis par revenir à la forge avec les deux bêtes attachées l'une derrière l'autre, l'une avec la selle du mulet sur le dos, l'autre avec une selle de récupération. Les chevaux attachés, je rajoute encore du barda sur le dos du mulet avant d'entrer à l'intérieur.

"Deux chevaux tous neufs, on peut y aller."

Cela dit, j'attends que Missandei sorte de là pour éteindre le feu de la forge avec un seau d'eau. Vu la fumée, vaut mieux pas faire ça avec du monde à l'intérieur. Bon, on est partis.

 






Blacksmith from Volantis

Revenir en haut Aller en bas
(#)
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
First and Last Winter :: Vie Alternative :: Essos :: Les Cités Libres :: Volantis-